Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 20 octobre 2010

Parlament Europèu : Deux amendements en faveur des « langues menacées » ont été adoptés par la commission Budget

RPS.pngDeux amendements en faveur des « langues menacées » ont été adoptés par la commission Budget du parlement européen.

François Alfonsi, député européen Verts/ALE, membre de la commission Budget, a souligné l'importance de cette nouvelle étape dans la reconnaissance de ces langues en grand danger de disparition.

En votant deux amendements en faveur des « langues menacées » pour rendre éligibles aux crédits européens les langues qui n'ont pas de statut officiel au sein des États membres, la commission du Budget a répondu favorablement à la mobilisation engagée par l'Intergroupe des « Minorités traditionnelles et des communautés nationales ». Ce premier pas devra être confirmé lors du vote du budget en novembre prochain. Les députés de l'Intergroupe ont pour objectif de relancer une véritable politique européenne en faveur de ces langues, afin que la stratégie 2014-2020 de l'Union européenne fasse de leur sauvegarde une priorité.

Voici la communication adressée par François Alfonsi, député européen Verts/ALE, membre de la commission Budget, aux acteurs des communautés linguistiques concernées .

 

Le soutien aux langues menacées au budget de l'Europe

 

Deux amendements au budget 2011 de l'Union Européenne ont été votés par la Commission du Budget du Parlement Européen le 29 septembre 2010 au profit des « langues menacées d'Europe ».

Ces amendements ont pour origine l'Intergroupe des « minorités traditionnelles et des communautés nationales » qui regroupe des députés issus de minorités nationales d'Europe, siégeant dans les différents groupes politiques du Parlement.

Cet Intergroupe avait approuvé à l'unanimité lors de sa réunion du 8 juillet 2010 à Strasbourg un projet de résolution proposé par François Alfonsi, député corse du groupe Verts-ALE, demandant « la sauvegarde de la diversité culturelle en Europe, et des langues européennes en danger, menacées de disparition ».

Le premier des amendements voté a été porté par Carl Haglund, député suédophone de Finlande, vice-président de l'Intergroupe et député du groupe libéral ; le second par les députés « régionalistes et indépendantistes » de l'Alliance Libre Européenne, qui siègent au sein du groupe Verts-ALE.


Le premier amendement voté par 30 voix contre 8 élargit le champ d'application du programme Culture de l'Union Européenne, d'un montant de 57 millions d'euros, au « soutien en faveur des langues européennes menacées, notamment grâce à la fourniture de documents éducatifs, à la formation des enseignants, à l'enseignement par immersion linguistique et à l'échange des meilleures pratiques en matière de renaissance linguistique ».

Le second amendement, voté par 20 voix contre 18, précise que ce fonds vise également « les langues de l'Union Européenne qui font partie du patrimoine culturel et littéraire de l'Europe mais ne sont pas des langues officielles de l'Union ».

Ces deux votes représentent un premier succès pour les efforts menés, un an après l'élection du nouveau Parlement Européen, afin de remobiliser, financièrement et politiquement, l'Union Européenne dans son soutien aux communautés dont les langues historiques sont menacées de disparition.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Banderole du théâtre du Soleil..pnghttp://www.mediapart.fr/journal/france/191010/en-direct-c...

lundi, 04 octobre 2010

Marcha dels presidents de Region per la defensa de la politica de coësion terrotoriala europèa

mobilizacion a brussèllas.jpg

samedi, 05 décembre 2009

Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : 4e rapport de la Suisse

Mas abans aiçò vos cal gaitar aiçò :

http://video.aol.co.uk/video-detail/discors-de-jlblenet/1...

Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : 4e rapport de la Suisse

Berne, 04.12.2009 - Le Conseil fédéral a approuvé le quatrième rapport de la Suisse sur l'application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Charte). Le rapport propose un survol de la politique des langues en Suisse, en abordant notamment la promotion du romanche et de l'italien. Il prend par ailleurs position sur les recommandations concernant la politique des langues formulées par le Comité des Ministres et par le Comité d'experts du Conseil de l'Europe.

Le rapport prend position sur les recommandations du Comité des Ministres qui demandait notamment aux cantons du Tessin et des Grisons, de promouvoir l'italien et le romanche. Le canton des Grisons répond que l'introduction du rumantsch grischun dans les écoles grisonnes est un projet pilote en phase de réalisation. Concernant la recommandation d'utiliser le romanche dans les sphères publiques, les autorités grisonnes répondent que la loi cantonale sur les langues assure l'égalité des trois langues officielles du canton (italien, allemand et romanche).

Le comité des Ministres recommande aussi aux autorités suisses de maintenir le dialogue avec les locuteurs yéniches. La Confédération répond qu'elle soutient un projet de promotion de la langue yéniche réalisé par les yéniches mêmes, qui leur permet de maintenir et de promouvoir leur langue et leur culture.

La Suisse a approuvé la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (Charte) en 1997. Les Etats parties sont tenus de rendre tous les trois ans un rapport. Les rapports de la Suisse ont donné lieu à une série de recommandations du Comité d'experts du Conseil de l'Europe. Le comité des Ministres a approuvé le 3e rapport en mars 2008 en l'assortissant de trois recommandations. Le quatrième rapport de la Suisse prend position de façon circonstanciée sur ces recommandations.

Les objectifs de la Charte sont essentiellement d'ordre linguistique et culturel, le principal étant de maintenir et de promouvoir la diversité linguistique, l'un des éléments les plus caractéristiques de la vie culturelle européenne. La Charte vise à améliorer les possibilités d'utilisation des langues régionales ou minoritaires dans les domaines de l'enseignement, de la justice, de l'administration, des médias, de la culture et de l'économie. La Suisse a déclaré le romanche et l'italien comme langues régionales ou minoritaires au sens de la Charte et elle reconnaît le yéniche et le yiddish comme langues sans territoire.

Renseignements:

Stéphanie Andrey
Département fédéral de l'intérieur DFI
Office fédéral de la culture
Service des communautés linguistiques et culturelles

Editeur:

Office fédéral de la culture
Internet: http://www.bak.admin.ch

samedi, 22 août 2009

Narbona e Carcassona son la clau logistica perqué ?

situar Narbona e Carcassona.jpg (per ne saber mai )

http://jacmetolosa.spaces.live.com/blog/cns!49914F5702C5C72E!10727.entry