Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 30 juin 2018

COURRIER INTERNATIONAL / L'OCCITANIE VUE PAR LA PRESSE ETRANGERE .

https://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_765/public/assets/images/occitanie_0.png?itok=jM9MgSmg

. SPECIAL OCCITANIE DANS " COURRIER INTERNATIONAL " N° 1443 , DU 28 JUIN AU 4 JUILLET 2018 .

RECONEISSENCA OFICIALA DE LA LENGA SARDA !

https://media.routard.com/image/36/9/photo.1485369.w430.jpgPer primera vegada a la història, Sardenya ha aprovat una llei de regulació integral de la llengua sarda i altres llengües parlades a l’illa, com el català de l’Alguer. Amb vint-i-cinc vots a favor i vint en contra, el Consell Regional ha aprovat la nova llei per a dotar de tanta protecció com sigui possible el sard i les altres llengües.

L’impulsor de la llei, Paolo Zedda (MDP), ha defensat que amb aquesta llei començava ‘un camí cap a una administració pública bilingüe, com ja passa en altres comunitats lingüístiques més ben protegides, com la de Trentino i la Val d’Aosta’.

Vilaweb.cat

jeudi, 28 juin 2018

OUVERTURE DU SITE " CAMINS " POUR LA FORMATION OCCITANE .

Ouverture du site  internet Camins dédié à la formation
 

Nos domaines de compétences – Las nostas competéncias

 

- Pratique et méthode de la traduction en occitan 

 

- Connaissance et valorisation du patrimoine naturel en domaine occitan

 

- Toponymie en pays d'Oc, principes et méthodes

 

- Connaissance et valorisation du patrimoine culturel et linguistique en domaine occitan

 

- Techniques d'écriture en langue occitane

 
 
dans le calme naturel de la Vallée d’Aspe (Pyrénées occidentales)
 
 
 

mercredi, 27 juin 2018

PAULHAN ( 34 ) VOTE LA MOTION DU COLLECTIU OCCITAN .

https://scontent-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/36136962_190980211612547_6723591566096596992_n.jpg?_nc_cat=0&oh=f3f9e71f94ef11722fda627719c28a3a&oe=5BB688EA

mardi, 26 juin 2018

REGION OCCITANIE : REFORME DU BAC , ATTENTION DANGER !

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2017/12/383e6c72-8a94-4ac7-a9d5-f14bda0e329a/640_p_20171223_113859.jpgLE CONSEIL REGIONAL OCCITANIE  POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES LANGUES ET CULTURES RÉGIONALES DANS LE CADRE DE LA RÉFORME DU BACCALAURÉAT ET DU LYCÉE

L’article L.312-10 du code de l’éducation dispose que Les langues et cultures régionales appartenant au patrimoine de la France, leur enseignement est favorisé prioritairement dans les régions où elles sont en usage. Or les premiers éléments communiqués par le ministère relativement à la réforme du baccalauréat et du lycée semblent indiquer qu’au contraire la réforme aura pour effet de limiter les effectifs de lycéens inscrits dans les filières de langues régionales par d’une part une dévalorisation de leur attractivité et d’autre part par une mise en concurrence plus conséquente avec les autres options ou les langues vivantes étrangères. En particulier :

  • la note de langue régionale ne compterait plus que pour 1% de la note finale du baccalauréat contre un peu plus de 3,5 % aujourd’hui, avec perte du caractère bonifiant de l’option. En effet, la majorité des effectifs de langue régionale au lycée se font dans le cadre de l’option de langue vivante régionale de par la nécessité pour les lycéens de maitriser deux langues vivantes étrangères à l’issue du Baccalauréat ;
  • l’option de langue régionale est mise en concurrence avec de nouvelles options ;
  • l’enseignement de langue vivante régional est actuellement exclu de la discipline « langues et littératures étrangères », alors même qu’elles possèdent des auteurs mondialement connus, comme le Prix Nobel de littérature Frederic Mistral ;
  • l’enseignement de langue régionale ne serait toujours pas rétabli en option dans l’ensemble des filières technologiques ;
  • il n’est pas fait mention des sections de langue régionales au lycée alors que la réforme fait mention des sections européennes et orientales, d’où une dévalorisation de ces sections si la réforme était publiée en l’état.
  • Les langues régionales n’apparaissent sur aucun document de communication diffusé par le ministère.

Contrairement au statut des langues vivantes étrangères dont l’apprentissage est obligatoire, l’enseignement des langues vivantes régionales reste facultatif et il paraît donc nécessaire que la réforme soit le moyen de maintenir voire de renforcer leur attractivité auprès des lycéens, comme cela est actuellement à l’œuvre pour les langue et cultures de l’Antiquité (LCA) :

  • par un maintien voire un développement du poids de la note de langue régionale dans la note finale du baccalauréat (au minimum 3,5 % de la note finale, voire 5 % comme actuellement pour les LCA)
  • par l’attribution d’un statut hors concurrence avec les autres options, comme cela a été accordé récemment aux langues et cultures de l’Antiquité ;
  • par une ouverture de l’option langue occitane à l’ensemble des filières technologiques ;
  • par une mention et un encouragement à l’ouverture de sections langues régionales au lycée, avec valorisation au Baccalauréat (notamment inscription sur le diplôme, épreuves non linguistiques  passées en langue régionale…) ;
  • Par une possibilité d’intégrer un enseignement de langues vivantes régionales dans la discipline « langues et littératures étrangères » ;
  • Que des solutions soient proposées par la réforme, en dehors du CNED, pour les élèves situés dans des établissements qui ne proposent pas d’enseignement de l’occitan en raison d’une ressource enseignante insuffisante, le CNED ne proposant pas un enseignement de l’occitan.

En conséquence, le Conseil Régional Occitanie demande à l'État que la réforme du baccalauréat et du lycée permette la promotion et la protection des langues et cultures régionales conformément aux engagements internationaux pris par la France en la matière.

.Texte voté par le Conseil régional Occitanie le 22 juin 2018 .

_______________________________________________

 

" SUR LE BOUT DES LANGUES " LETTRE-INFO DE M. FELTIN-PALAS .

 
Francophonie : Macron en pleine schizophrénie

Tant pis pour l’actualité : j’ai décidé de revenir cette semaine sur le discours sur la « stratégie pour la langue française » qu’a prononcé Emmanuel Macron à l’Académie française, le 20 mars . Je sais, c’est un peu tard, mais il y a à cela une bonne raison : ma lettre d’information n’existait pas à l’époque.

Voilà pour la forme, passons au fond. Et disons-le tout net : les propos du président de la République ont beaucoup choqué. En cause, notamment, une assertion aussi contestable que contestée : « Nous sommes le seul pays de la Francophonie qui ne vit qu’en français. »

Erreur involontaire ? Provocation assumée ? Cette affirmation correspond en tout cas à une erreur factuelle manifeste. Elle revient à oublier que la France est un territoire linguistiquement composite, et pas seulement en raison de sa forte et récente immigration. « Au XVIIIe siècle, seuls 3 des 25 millions de Français comprenaient la langue nationale, rappelle le linguiste Alain Bentolila. Partout ailleurs, les langues régionales dominaient. » Et encore aujourd’hui, n’en déplaise au chef de l’Etat, le franco-provençal, le gascon ou le picard sont pratiqués en métropole par environ 1 adulte sur 16, selon l’Insee.      

On comprend dès lors la colère provoquée par Emmanuel Macron : « Cette phrase du chef de l’Etat est ahurissante ! tonne ainsi David Grosclaude, ancien président de l’Office public de la langue occitane. Comment peut-on nier l’existence des citoyens de la République qui sont bilingues en parlant l’occitan, le basque, le breton, le corse, le catalan, l’alsacien ? » 

Plus gênant encore : cette étonnante déclaration  décrédibilise l’ensemble d’un discours qui se voulait une ode au plurilinguisme. Quelle idée, en effet, a voulu promouvoir le président ? Celle-ci : « La francophonie doit faire droit aux autres langues, en particulier aux autres langues européennes mais à toutes les langues que la mondialisation fragilise ou isole. » Une idée que l’on ne pourrait qu’applaudir…  si elle n’allait exactement à l’inverse de sa politique en France. N’est-ce pas Emmanuel Macron lui-même qui a dénié au picard, au flamand ou à l’auvergnat le statut même de langue en les ravalant au rang de « patois », lors d’une spectaculaire visite au côté de Stéphane Bern ?  N’est-ce pas lui qui a refusé au corse un statut de co-officialité, pourtant banal dans d’autres pays du Vieux Continent ? N’est-ce pas lui qui a déclaré jeudi dernier à Quimper qu'il faudrait  « pérenniser » l'enseignement des langues régionales... tout en privant régulièrement les écoles dont c'est la mission des moyens dont elles ont besoin ? Une contradiction que résume l’autonomiste corse François Alfonsi avec une ironie amère : « Traduction : oui à l’allemand à Paris pour concurrencer l’anglais, mais pas question de rendre l’allemand co-officiel en Alsace où il est dans son espace historique naturel ! »  

Décidément mal inspiré, le chef de l’Etat a même rendu hommage à… l’abbé Grégoire, grand adversaire de l’esclavagisme, certes, mais aussi auteur en 1794 d’un sinistre « rapport sur la Nécessité et les Moyens d’anéantir les Patois et d’universaliser l’Usage de la Langue française ». Comme incarnation du plurilinguisme, n’était-il vraiment pas possible de choisir une autre personnalité ?

Pendant sa campagne électorale, pourtant, Emmanuel Macron avait répondu aux associations occitanistes qui l’avaient sollicité : « Le respect et la valorisation de sa propre diversité linguistique permettront à la France au plan international de mieux faire respecter celle du monde et ainsi contribueront à son retentissement international. » 

Le candidat Macron avait parfaitement raison. Le président Macron devrait le relire.
MICHEL FELTIN-PALAS / L'EXPRESS .

 

lundi, 25 juin 2018

Roquefort-des-Corbières pour la motion du collectif Occitan

 

Cliquez pour agrandir...

20180625113735815.png

dimanche, 24 juin 2018

Tolosa lo 23 de Junh : Omenatge a la Resisténcia Occitana !

 

Cliquez pour agrandir...

9FiGk1V.jpg d8ZAN26.jpgVWhDjj6.jpg

LO 23 DE JUNH A TOLOSA , OMENATGE A LA RESISTENCIA OCCITANA AMB L'ORGANISACION DEMOCRATICA DEL POBLE OCCITAN -  LO PARTIT OCCITAN - LO PARTIT DE LA NACION OCCITANA - PAIS NOSTRE .

 

LE CONSEIL REGIONAL ET L'AVENIR DE FRANCE 3 OCCITANIE .

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2014/08/19/batiment_toulouse_1.jpg?itok=k_Y5l8d-Texte de l'amendement  adopté par le Conseil Régional Occitanie dans le cadre de sa politique de communication :

Le Conseil Régional prend acte des très récentes déclarations du Ministère de tutelle de France Télévision concernant le rapprochement du réseau télévision de France 3 et du réseau des radios France Bleu. Le Conseil Régional relève surtout dans cette annonce ministérielle le prochain triplement du temps d'émission quotidien des antennes régionales du réseau France 3. Cet élément correspond en tout point à la condition centrale que la Région avait mise en exergue l'an dernier lors de l'adoption en Plénière de son rapport annuel sur sa politique d'information et de communication dans le cadre d'un possible accord la liant avec France 3 Occitanie.

En conséquence et sur ces bases nouvelles, la Région s'engage à conclure au plus tard à la fin de l'année 2018 les négociations entamées il y a un an avec France 3 Occitanie dans le cadre d'un éventuel Contrat d'Objectifs et de Moyens. Ce contrat, s'il devait le cas échéant être finalisé, comprendrait alors les éléments suivants :

- Maintien du financement à haut niveau de l'antenne de France 3 Occitanie par sa tutelle nationale, la Région n'ayant pas vocation à venir palier les éventuelles réductions de budget de France Télévision ;

- Augmentation très significative à court ou moyen terme du temps d'antenne de France 3 Occitanie ;

- Offre télévisuelle amplifiée, renouvelée et de qualité à même de démultiplier la retransmission de créations originales, de débats pluralistes ou d'événements (sportifs, culturels, sociétaux ou autre) intéressant les citoyen/nes de la région Occitanie ;

- Adéquation des moyens techniques et humains déployés par France 3 Occitanie pour faire face tant aux obligations d'un Contrat d'Objectifs et de Moyens qu'au nouveau format de temps d'antenne annoncé ;

- Vigilance sur le respect des conditions de travail des personnels de France 3 qui devront être associés à la définition de leurs nouvelles missions et bénéficier d'une formation adaptée à celles-ci ;

- Garantie du maintien des antennes locales de France 3 et visibilité de leurs apports dans la grille des programmes afin de donner à voir la diversité et la richesse de nos territoires ;

- Augmentation substantielle du temps d'antenne consacré à l'expression, vivante et contemporaine, des langues occitane et catalane, incluant notamment une dimension pédagogique (sous-titrage, modules d'apprentissage, apport de ces langues dans la vie quotidienne…) ;

- Effacement rapide du découpage aujourd'hui obsolète de l'Occitanie entre ses deux anciennes régions qui l'ont constituée après leur fusion il y a près de trois ans de cela ;

- Synergie entre les divers médias régionaux (partage de moyens, économie d'échelle, complémentarité, multidiffusions croisées, soutien aux filières de création audiovisuelle...)

- Strict respect de l'indépendance éditoriale de France 3 Occitanie ;

- Coût raisonnable pour le budget de la collectivité régionale.

L'objectif affiché d'un tel contrat est de permettre à la Région, à l'instar de certaines de ses homologues, de soutenir le développement qualitatif et quantitatif de l'offre télévisuelle régionale en Occitanie, publique et privée, tout en contribuant à "faire région" en rapprochant ses habitant/es autour du sentiment d'appartenance à un territoire fondé sur un projet humain commun.

.Texte adopté par le Conseil régional Occitanie le 23 Juin 2018 ( transmis par Gérard Onesta ) .

vendredi, 22 juin 2018

FESTA DE LA SANT JOAN A TOLOSA LOS 23 e 24 DE JUNH .

https://scontent-mrs1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/35645053_1493841904094669_1950284399312371712_n.jpg?_nc_cat=0&_nc_eui2=AeEguQr5QofLdkJelMogSy8xqQLUmWMDshsvwJV4lKkjio8EYH9e2qZ21mSL5vqTiM7we6c5UQk8mRAtsAtfVIJ4dyMsQKSng4uykT67aDevUQ&oh=b922f4519a212dacccd0f5f810c3896a&oe=5BBDB38B