Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 06 février 2018

" LA REGION OCCITANIE AU PRESENT ET AU FUTUR " LE 8 FEV A TOULOUSE .

Invitation à la Conférence : La Région Occitanie au présent et au futur
Organisé par : Convergéncia Occitana
Jeudi 8 février à 18h
Salle Perbosc


Avec Jean-Claude Lugan Professeur émérite à l'Université de Toulouse
Membre de la Section Prospective du CESR d'Occitanie
Questions abordées lors de cette conférence :
Qu'est ce que la prospective territoriale, à quoi peut -elle servir ?
Les expériences en Midi-Pyrénées de 1990 à 2015
La nouvelle Région Occitanie : état des lieux et scénarios pour le futur (2040).

ZONES AGRICOLES DEFAVORISEES ... L'OCCITANIE TOUJOURS MOBILISEE !

https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2018/02/b43e7cd1-c8f4-46fe-9d43-9ac5860934f7/870x489_feu_4_-agriculteurs_-_periph_ramonville.jpgTracteurs en travers, ballots de paille, tas de fumier, pneus brûlés… Depuis deux semaines, les actions des agriculteurs sont incessantes, notamment dans toute l'Occitanie, avec des points particulièrement chaud, comme le Tarn-et-Garonne, Toulouse, le Lot-et-Garonne ou l'Aude. Au cœur de cette colère, un robinet européen qui risque fort de se refermer, c'est l'Occitanie qui en serait la première victime. Explication.

Depuis 1976, il existe au niveau européen une carte des zones défavorisées simples. Il s'agit de secteurs qui ne sont pas directement en montagne, mais sur des zones difficiles, des coteaux, des sols caillouteux, etc. Ce classement détermine le versement d'une indemnité compensatrice de handicap naturel (ICHN) hors montagne. Cela représente à peu près un milliard d'euros par an. Et cela permet notamment de maintenir des exploitations de petites tailles, en général familiales, sur des territoires où la rentabilité est très faible.

Un système où la Cour européenne des comptes a mis son nez et estime qu'il faut d'urgence remettre de l'ordre dans ce zonage, qui ne correspond peut-être plus à la réalité, et qui en tout cas, coûte très cher.

Du coup, côté français, on a réalisé des simulations pour réduire la voilure. Et c'est bien ce qui inquiète les agriculteurs. Car près de 500 communes d'Occitanie pourraient se retrouver exclues de ce zonage en zone défavorisée : cela veut dire que l'on couperait les subventions à des milliers de familles, des aides qui leur permettent, en général de dégager l'équivalent d'un SMIC.

«Je comprends l'inquiétude des agriculteurs, l'ICHN étant une aide importante pour nombre d'entre eux. L'État doit jouer son rôle pour définir la carte la plus équitable possible dans un faisceau de contraintes difficile. Il devra aussi être aux côtés des agriculteurs dont l'exploitation va sortir de la carte», a assuré Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture, qui doit recevoir les syndicats demain pour une rencontre cruciale.

Le gouvernement français est donc coincé entre le marteau de Bruxelles et l'enclume de ses agriculteurs, pour qui la fin des subventions signifierait purement et simplement la disparition des exploitations.( LA DEPECHE )

dimanche, 04 février 2018

LES PAYSANS D' OCCITANIE POURSUIVENT LA LUTTE !

https://static.ladepeche.fr/content/media/image/large/2018/02/04/20180204194441705-0.jpg. Un message des jeunes Agriculteurs de Ht Garonne :" De Saint Gaudens à Capens, nous signalons notre colère ! Le classement en zones défavorisées est une réalité du terrain, et cela impacte notre agriculture ! Si nous voulons continuer à pouvoir manger local dans des secteurs où de nombreux handicaps agronomiques sont présents, il faut se battre ! "

. La mobilisation paysanne va s'intensifier dés lundi , avec des barrages du Gers au Tarn -et -Garonne . Mercredi 7 février , FDSEA et CDJA annoncent de nouvelles actions à Toulouse , au moment où les négociations doivent reprendre au Ministére de l' Agriculture .

. Pais Nostre affirme sa solidarité avec le mouvement paysan occitan .

( Photo : FDSEA -31 ) .

Reportage : L'Essor Maraîcher à Gaillac dans le Tarn

L'Essor Maraîcher from Oeil Intégral on Vimeo.

vendredi, 02 février 2018

LES PAYSANS OCCITANS EN COLERE POURSUIVENT LES ACTIONS ...

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2018/02/02/img_6007-3489331.jpg?itok=FhCRFkyS

LES MANIFESTATIONS DES PAYSANS OCCITANS SE POURSUIVENT DANS PLUSIEURS DEPARTEMENTS COMME ICI A CARCASSONNE ( Photo F.Guibal / Fr 3 ) .

 . LES AGRICULTEURS SE BATTENT CONTRE LA  REVISION DE LA CARTE DES ZONES DEFAVORISEES .

LGV/ LES ELUS OCCITANS ET CATALANS DEMANDENT AUDIENCE A MACRON .

https://www.lesechos.fr/medias/2018/01/07/2142685_pataques-sur-la-regularite-des-tgv-en-2017-web-0301109609489.jpg 

Carole Delga Pdt d'Occitanie , Hermeline Malherbe, présidente du conseil départemental des P.-O., Jean-Marc Pujol, président de la communauté urbaine de Perpignan, Jacques Bascou, Président du Grand Narbonne ou encore Régis Banquet, Président de Carcassonne Agglomération font partie des signataires Occitans et Catalans .

 

"Le Conseil d'Orientation des Infrastructures (COI), présidé par Philippe Duron, a rendu ses conclusions ce jour à la Ministre des Transports Elisabeth Borne. Saisi cet été par le gouvernement, ce Conseil d'experts rappelle ce que nous, élu(e)s d'Occitanie, défendons avec force depuis toujours : l'impérieuse nécessité de notre pays à maintenir un niveau d'investissements important en faveur de grandes infrastructures de transports indispensables à la mobilité du quotidien des Français. Alors qu'un certain nombre de projets sont reportés sine die, le rapport confirme l'utilité et la nécessité des infrastructures structurantes que sont les lignes LGV Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Béziers-Perpignan.

La mobilisation de l'ensemble des forces vives de l'Occitanie a payé. A présent, l'enjeu est leur temporalité et leur réalisation dans des délais qui répondent aux besoins et à l'attente de nos concitoyens. Les pistes de financements nouveaux portées par les collectivités concernées auprès du gouvernement sont en grande partie reprises dans les préconisations du COI. Elles nous donnent raison sur le fait que ces deux projets sont parfaitement soutenables dans les années à venir, tout en maitrisant la dépense publique. Une nouvelle étape de notre mobilisation débute aujourd'hui.

L'équation n'est plus technique ou financière mais bien politique, ce qui renvoie aux choix que devront faire dans les prochaines semaines le gouvernement et les parlementaires dans la cadre de la future loi d'orientation des mobilités. La ligne LGV Bordeaux-Toulouse comme la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan doivent s'inscrire dans le scénario n°3, le plus volontariste, du rapport. Alors que le COI appelle à un aménagement du territoire équilibré et à une plus grande équité, nous redemandons que ces choix politiques prennent en compte les grandes difficultés de déplacement des 6 millions d'habitants de l'Occitanie, région la plus dynamique de France en termes d'emplois et d'habitants. Nous demandons à monsieur le Président de la République d'être reçus en délégation avant l'écriture du projet de loi".

LA LIGNE LGV MONTPELLIER/ PERPIGNAN REMISE EN QUESTION .

 

LGV : Le tronçon Montpellier - Perpignan remis en question

Un rapport a été remis ce jeudi 1er février à la Ministre des Transports Elisabeth Borne

Le Conseil d’orientation des infrastructures juge que la portion entre Montpellier et Perpignan, représentée en vert,  n’est pas prioritaire. La jonction avec l’Espagne qu’elle aurait permis semble donc s’éloigner. 

Bonne nouvelle en revanche. Dans ce même document, le COI valide le projet de LGV entre Bordeaux et Toulouse. Les travaux, selon les divers scénaris envisagés, débuteraient au plus tôt entre 2023 et 2027.

La Ministre rendra sa décision à la fin du mois de février, ce sera ensuite au Parlement de trancher.

OCCITANIE TRIBUNE .

mercredi, 31 janvier 2018

LES PAYSANS OCCITANS BLOQUENT TOULOUSE AVEC DES TRACTEURS .

https://www.ladepeche.fr/content/media/image/large/2018/01/31/20180131074711031-0.jpgLa mobilisation des agriculteurs s’étend à Toulouse. LA FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne sont passés à l’action ce mercredi matin. Les grands axes autour de Toulouse et le périphérique sont bouchés. 

Selon la préfecture de Haute-Garonne, on compte près de 130 tracteurs mobilisés en quatre convois qui ont convergé vers le périphérique toulousain. 

N124, A624, A64, A68 et D820 bouchés

Le périphérique intérieur sud de Toulouse est bouché depuis l'entrée des agriculteurs venus du Lauragais à Ramonville. Depuis 8 heures, ils se sont mis à l'arrêt sur les voies au niveau de Montaudran, devant le grand bâtiment B617, et bloquent complètement la circulation, sauf pour les deux-roues. Certains agriculteurs sont même descendus sur la chaussée. Les automobilistes sont pris dans la nasse. "On fait la grande muraille de Chine", déclare un agriculteur présent.

Un autre convoi de tracteurs venus de l'Ouest emprunte le périphérique vers le nord, sur la chaussée intérieure. D'autres tracteurs en provenance du Tarn descendent vers le Sud, toujours en chaussée intérieure, où la circulation est fortement ralentie avec un barrage filtrant des manifestants entre les sorties Soupetard (n°16) et Lasbordes (n°17).

Tout a commencé vers 6h30, où le premier bouchon de la matinée s'était formé sur la voie rapide en provenance du Gers (N124 et A624) depuis la Salvetat-Saint-Gilles. Cet axe majeur qui dessert les usines Airbus et tout l'Ouest toulousain est saturé depuis les environs de 7 heures.

Même chose sur l'autoroute A64, dans le sens Tarbes-Toulouse depuis Roques-sur-Garonne jusqu'au périphérique de Toulouse. La D820 permettant l'accès à l'A64 au niveau de l'échangeur n°36 (Ikea) est rouge depuis Pinsaguel.

Sur l'A68, en provenance d'Albi, les premiers ralentissements ont commencé à Gémil, à la frontière avec le département du Tarn. L'autoroute était au ralenti jusqu'à l'échangeur avec le périphérique.( Info :La Depêche du Midi ) .

 

mardi, 30 janvier 2018

LES PAYSANS OCCITANS EN COLERE CONTRE LE VOLTE-FACE DE L'ETAT .

https://static.ladepeche.fr/content/media/image/large/2018/01/30/201801301555-full.jpgLa volte-face des pouvoirs publics sur la révision de la carte des zones défavorisées a provoqué, hier, la fureur des agriculteurs qui ont bloqué la rocade A 20 de Montauban, ainsi que les accès à l'A 62, à Castelsarrasin.

Les agriculteurs ont changé de tactique, ce lundi. Après avoir manifesté, mercredi, dans les rues de Montauban, obtenant une promesse du préfet que 80 communes de Tarn-et-Garonne et près de 900 d'Occitanie allaient réintégrer la carte des collectivités considérées comme «zones défavorisées», éligibles aux aides européennes, les éleveurs, déçus par une volte-face des pouvoirs publics intervenue vendredi, sont passés, hier, aux blocages routiers.

Répondant à l'appel de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (Fdsea) et des Jeunes agriculteurs, les éleveurs se sont mis d'accord pour bloquer en milieu de journée deux points stratégiques autoroutiers dans le département : la rocade de Montauban ( A 20) et l'A 62, à Castelsarrasin.

A Montauban, une cinquantaine d'ensembles agricoles (tracteurs et remorques pleines de détritus) sont entrés sur la rocade autoroutière, aux alentours de 13 heures, par les échangeurs d'Aussonne (N° 60) et de Nègrepelisse (N° 61). Très vite, la circulation a été coupée dans les deux sens : Toulouse-Paris et Paris-Toulouse. Des tracteurs ont également vidé des bennes au rond-point de l'échangeur d'Aussonne, bloquant ainsi l'échappatoire située après le franchissement de la barrière de péage de Montauban nord, pour les automobilistes arrivant de Paris. «Ces barrages gênent les citoyens. ça donne une mauvaise image des agriculteurs. Mais on n'a plus le choix des armes pour nous faire entendre. On n'a plus de temps. La carte définitive doit être validée d'ici le 15 février », lance un agriculteur de Saint-Cirq.

En milieu d'après-midi, six agriculteurs se sont déshabillés sur la rocade. Tout un symbole, selon eux : «On est aujourd'hui à p.. l ! Sur la paille ! On nous méprise. On ne sait plus comment faire pour attirer l'attention, pour montrer notre désespoir. On veut maintenant que le ministre de l'Agriculture se déplace jusqu'ici pour voir ce que c'est qu'une zone défavorisée. Ce n'est pas un luxe, ce n'est pas un caprice. C'est notre survie qui se joue», clame Edouard Forestier, président des Jeunes agriculteurs.( La Depêche du Midi )

samedi, 27 janvier 2018

SALON DES VINS BIO DU 29 au 31 JANVIER A MONTPELLIER .

Résultat de recherche d'images pour "LOGO MILLESIME BIO 2018"Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, inaugurera lundi à 12h le salon international de la qualité et de la promotion des vins biologiques, Millésime Bio, qui se tient à Montpellier du 29 au 31 janvier, et dont la Région est le partenaire exclusif.

Organisé depuis 1993 par l'association interprofessionnelle Sudvinbio, le salon Millésime Bio a pour objectif de favoriser les échanges et rencontres entre producteurs certifiés bio et acheteurs professionnels. Près de 1 000 exposants venus de 15 pays (Europe, Afrique du Sud, Chili, Australie...) seront présents cette année au Parc des Expositions de Montpellier. 

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est la première Région française en agriculture biologique, avec 7 227 exploitations engagées en bio fin 2016, et plus de 400 000 hectares certifiés bio ou en conversion. L'Occitanie est également la 1ere Région française pour la viticulture bio avec 35% des surfaces viticoles bio françaises et 1 599 producteurs sur 25 142 hectares.

Pour répondre aux nombreux enjeux et défis auxquels est confrontée l'agriculture régionale, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a notamment décidé de renforcer son action en faveur  de l'agriculture biologique avec le Plan Bi'O 2018-2020 - Produire, Consommer et Vivre Bio en Occitanie. Des actions spécifiques seront mises en œuvre dès 2018, comme le lancement d'un appel à projets pour l'aide à l'expérimentation spécifique en agriculture bio, le développement d'un « Pass Expertise bio » à l'échelle de l'Occitanie pour mieux accompagner la production, ou encore la création d'une association interprofessionnelle bio régionale unique regroupant tous les opérateurs de la filière. 

La Région a également mis en place depuis 2016 un dispositif unique en France d'aide à la plantation de vignes nouvelles et lance, en 2018, deux nouvelles aides à destination des  entreprises du secteur agroalimentaire et viticole : les Pass et Contrat Agro-viti.

A quelques jours de l'inauguration de Millésime Bio, la présidente de Région Carole Delga a confirmé son engagement  pour une politique agricole nouvelle et ambitieuse autour du « Produit en Occitanie » afin «  que les habitants puissent consommer plus fortement et plus facilement les produits locaux, bio et de qualité, issus de nos terroirs et qui font la fierté et la renommée de notre région ».

. Communiqué Région Occitanie .