Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 13 mai 2018

" LUTTES SOCIALES EN OCCITANIE " LE 17 MAI A MONTPELLIER .

https://www.humanite.fr/sites/default/files/images/larzac_afp.jpgJeudi 17 mai à Montpellier  Rencontre à la Librairie Sauramps : Luttes sociales en Occitanie. avec Pierre-Marie Terral et Jean-Philippe Martin - 19 h, ouvert à tous dans la limite des places disponibles.

https://www.sauramps.com/agenda-27768/rencontres-occitane... .

Cette rencontre sera l’occasion d’aborder l’impact de ces luttes sociales sur la société occitane de la fin du XXe siècle mais aussi la manière dont le mouvement d’oc a pu les appréhender et quel rôle il a éventuellement pu y jouer. 

1- Jean-Philippe Martin : Des "mai 68" dans les campagnes françaises. Les contestations paysannes dans les années 1968, éd. L'harmattan, 2017

Les années 1968 évoquent les étudiants, quelquefois les ouvriers mais rarement les agriculteurs. Pourtant, des luttes paysannes majeures, souvent oubliées, se déroulent dans l’Ouest et le Languedoc-Roussillon. Elles sont massives, fréquentes et novatrices : grève du lait, « guerre du vin  », lutte du Larzac… Certaines prennent même une dynamique régionaliste et trouvent un large écho dans la société. Pourquoi et comment émerge un courant contestataire dans le monde paysan ?  Qu’est-ce qui fait sa spécificité ? Quelles ont été ses évolutions? Que reste-t-il aujourd’hui des débats portés par ces contestations ? En quoi la Confédération paysanne en est-elle l’héritière ? Voilà les principales questions abordées par cet ouvrage qui a été précédé, aux éditions de la Découverte par Une nouvelle histoire de la gauche paysanne.

2- Pierre-Marie Terral : Larzac, terre de luttes. Une contestation devenue référence.

Après avoir publié en 2011 aux Éditions Privat Larzac, de la lutte paysanne à l’altermondialisme, P.M. Terral nous livre une version abrégée et réactualisée de plus de 15 ans de recherches.  Gardarem lo Larzac ! Menacés d’expropriation depuis l’annonce par l’État, en octobre 1970, de sa volonté d’étendre le camp militaire présent sur le plateau, 103 paysans s’engagent à refuser de quitter leurs fermes. Sur cette terre rurale isolée débute alors une lutte non-violente. Ancrée à son territoire, popularisée par de spectaculaires actions nationales, cette révolte ne se départit jamais d’un humour désarmant. Si elle ne doit pas être idéalisée, c’est une lutte exemplaire à bien des égards qui triomphe en 1981, après 10 ans de protestation. Cette victoire ouvre le champ des possibles à la nouvelle génération. Le « causse des causes » se dresse en bastion français de l’altermondialisme en 2003 et brandit la faux paysanne contre les OGM. Comment le Larzac reste-t-il, un demi-siècle plus tard, un creuset militant pérenne et solidaire ? Constitue-t-il pour les mouvements actuels (Sivens, Notre-Dame-des-Landes…) un véritable modèle d’opposition ?

Écrire un commentaire