Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 18 novembre 2017

TRANSPORTS / L'OCCITANIE EN LUTTE POUR LES TRAINS REGIONAUX !

 
 
Rassemblement à la gare de Gourdon (Lot), à l’appel de la CGT. Patrick Allard/REA
Rassemblement à la gare de Gourdon (Lot), à l’appel de la CGT. Patrick Allard/REA
 

Un colloque réunissant plus de 400 personnes a mis en évidence les politiques ferroviaires contradictoires de la région Occitanie et de la SNCF.

La région Occitanie mène une politique de développement du train, tandis que la direction régionale de la SNCF conduit une politique de suppression d’emplois. Au cœur de cette contradiction, la nouvelle convention pour définir le transport ferroviaire régional pour les huit années à venir. Après de longs mois de discussions, les deux partenaires n’ont pas encore signé cette convention, faute d’accord. Dans cette période cruciale les deux comités d’établissement SNCF en Occitanie organisaient, lundi à Toulouse, le colloque « Développer le service public ferroviaire SNCF pour assurer la mobilité sur tout le territoire ». Parmi les invités, Carole Delga (PS), présidente de l’Occitanie, et Jacques Rascol, directeur régional à la SNCF. Plus de quatre cents cheminots et usagers étaient présents. En revanche, le préfet a décliné l’invitation et l’État, acteur majeur des transports, brillait par son absence.

L’importance de la présence d’agents SNCF dans les gares

Plusieurs intervenants ont insisté sur la nécessité de guichets en gare. « Dans les ventes, la part du digital augmente. C’est l’usager qui décide », a ainsi répondu Jacques Rascol, provoquant une forte réaction de la salle. Car, si les guichets sont fermés, comment l’usager pourrait-il avoir le choix ? Pour Carole Delga, « le développement de l’utilisation des smartphones ne veut pas dire que tout doit être dématérialisé ».

Plus loin dans le débat, Jean-Luc Gibelin (PCF), vice-président aux transports de la région Occitanie, confie que « la présence d’agents SNCF dans les gares et les trains fait partie des points importants de la discussion sur la convention ». Jacques Rascol évoque à son tour « la présence humaine », ce qui lui vaut d’être de nouveau conspué : « Vous supprimez des postes en pagaille et vous parlez de présence humaine ! »

Un cheminot CGT rappelle que depuis le 2 juillet le train ne s’arrête plus dans trois gares (Malause, Pommevic, Golfech) du Tarn-et-Garonne. « Ça ne veut pas dire que c’est définitif », répond le directeur régional. Un responsable du comité d’usagers de la ligne Carcassonne-Quillan informe que le train ne circulera plus à partir du 13 décembre sur la partie Limoux-Quillan. Il en sera de même entre Rodez et Sévérac-le-Château, en raison de la vétusté des voies. Le conseil régional prévoit de moderniser et de rouvrir cette voie et va injecter 4 millions pour des travaux d’urgence entre Sévérac et Millau. Un investissement qui devrait, en principe, incomber à SNCF Réseau et à l’État. Carole Delga annonce qu’elle rencontrera bientôt Guillaume Pepy, président de la SNCF. Cela permettra-t-il de débloquer les discussions sur la convention ?

.JOURNAL " L'HUMANITE " .

 

Écrire un commentaire