Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 29 septembre 2017

PAIS NOSTRE : VIVE LA CATALOGNE LIBRE !

OCCITANIE -  PAIS NOSTRE : VIVE LA CATALOGNE LIBRE ! 

Le Mouvement régionaliste Pais Nostre se mobilise pour soutenir le référendum du 1er Octobre en Catalogne : des militants occitans seront présents pour défendre la démocratie et le droit de vote des catalans dans de nombreuses villes du Principat de Catalunya . Ce n'est pas avec une répression qui rappelle de plus en plus les  heures sombres du franquisme que le pouvoir central de Madrid viendra à bout des aspirations catalanes à la liberté et à l'autodétermination .

Voilà 50 ans le Général de Gaulle lançait à Montréal son fameux " Vive le Québec libre" .

Il est temps maintenant de crier " Vive la Catalogne libre " !

PAIS NOSTRE - MOUVEMENT OCCITAN .



Commentaires

Les Catalans ont le droit d'obtenir un référundum . Je hais l'Espagne en tant qu'amis des bêtes et ANTI CORRIDAS . Seule la CATALOGNE a abolie les corridas. C'est un peuple qui mérite d'exister face à cette espagne de Merde et cruelle envers les animaux ( lévriers corridas etc..)
Papi Flic Retraite de la Police Nationale Française

Écrit par : MICHELET | samedi, 30 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Nous avons tous droit à une nationalité. Dès notre naissance. La principale de notre père, celle de notre mère, celle du pays où nous sommes nés, celle du pays où nous aurions dû naître, pour les personnes déplacées, enfin. Cela ne fera guère plus d'une pour un grand nombre d'individus. Mais l'équité veut que nous bénéficions, à notre naissance de ces quatre possibilités. Cependant, nous n'allons pas conserver ces nationalités pour toujours. Parce que depuis la nuit de temps, la terre sur laquelle nous vivons, nous appartient en propre. C'est sur cette base que se sont formés les États. Les animaux eux-mêmes occupent un territoire et le défendent avec acharnement. Parce que c'est leur territoire. Celui où ils se sont établis pour vivre et élever leur famille. C'est donc bien l'occupation d'une terre qui nous en donne la propriété primaire. Entendons nous bien. Occuper une terre, c'est y vivre à l'année, y travailler, la défendre et y améliorer sans cesse les conditions de vie. La Belgique pourrait bien acheter tout un département, il ne serait pas belge. Elle jouirait seulement du droit de l'exploiter. A la condition de respecter les régles imposées par l'Etat français. C'est à dire par les propriétaires primaires. Vous. C'est sur cette base que nous pouvons acheter, vendre ou louer un terrain. C'est une propriété secondaire. Elle n'influe en rien sur la primaire, celle qui forme les États. Toutes les forces qui occupent ou annexent un territoire, sans le libre consentement de la majorité des occupants sont illégales. Elles ne se rencontrent en principe, qu'en cas de guerre. Ce qui implique bien que toute population d'un territoire dispose d'un droit de propriété primaire sur ses terres. Et donc qu'il jouit du droit d'en disposer librement. Par conséquent de s’ériger en un État libre s'il le désire. Sans que ceux qui s’arrogent le droit d'en disposer sans leur consentement, puissent s'y opposer. Même si cela chevauche plusieurs pays. Ainsi aujourd'hui, la Catalogne jouit parfaitement du droit de s’ériger en un État libre et indépendant, sans que l'Espagne, l'Europe ou tout autre nation ne puissent s'y opposer. Si toute l'Europe s'y oppose, c'est pour une raison toute simple : Tous les États vont se retrouver face à des demandes d’indépendance ! Parce que tout un chacun voulons être libres et indépendants. Et nous gouverner nous-même. La Convention des Droits de l’homme scelle ce droit, reconnu par tous les États. La France, une et indivisible, est l'expression même de la dictature. Elle contraint tous les habitants du pays à vivre ensemble, même contre leur volonté. Comme du temps de l’occupation allemande. Plus exactement, les français voulaient vraiment vivre ensemble. Mais avec leurs lois et non celles de l'occupant. Et pas en leur compagnie. Ce qui n’empêche pas le pays de crier haut et fort être le pays de la liberté, champion des droits de l'homme, en plus. Cette situation implique que le peuple qui veut revendiquer sa liberté, n'ait pas d'autre choix que la révolte et la guerre. Dans le sang. J'en entends s’écrier : Et le droit de vote alors ! Regardez simplement la Catalogne. L'Espagne lui interdît de voter et enferme ses dirigeants. Elle est devenue une puissance occupante. Comme l'Allemagne lors de la dernière guerre. Aujourd'hui, avec l’Internet et tous les moyens de communication modernes, il ne sera plus possible longtemps d’empêcher les velléités d’indépendance de s'exprimer. Parce qu'encore une fois, nous ne sommes vraiment hommes, que dans la mesure où nous sommes libres.

Écrit par : Joos | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Fille de réfugiés politiques de la guerre d'Espagne, un malaise s'empare de moi au vu de certains comportements et ne puis m'empêcher de faire un rapprochement avec le gouvernement républicain espagnol en 1936 qui, malheureusement échoua...Mon père était fortement engagé pour une liberté, je le suis aussi, mais...

Écrit par : RABASó de FORNAGUERA | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Nous avons tous droit à une nationalité. Dès notre naissance. La principale de notre père, celle de notre mère, celle du pays où nous sommes nés, celle du pays où nous aurions dû naître, pour les personnes déplacées, enfin. Cela ne fera guère plus d'une pour un grand nombre d'individus. Mais l'équité veut que nous bénéficions, à notre naissance de ces quatre possibilités. Cependant, nous n'allons pas conserver ces nationalités pour toujours. Parce que depuis la nuit de temps, la terre sur laquelle nous vivons, nous appartient en propre. C'est sur cette base que se sont formés les États. Les animaux eux-mêmes occupent un territoire et le défendent avec acharnement. Parce que c'est leur territoire. Celui où ils se sont établis pour vivre et élever leur famille. C'est donc bien l'occupation d'une terre qui nous en donne la propriété primaire. Entendons nous bien. Occuper une terre, c'est y vivre à l'année, y travailler, la défendre et y améliorer sans cesse les conditions de vie. La Belgique pourrait bien acheter tout un département, il ne serait pas belge. Elle jouirait seulement du droit de l'exploiter. A la condition de respecter les régles imposées par l'Etat français. C'est à dire par les propriétaires primaires. Vous. C'est sur cette base que nous pouvons acheter, vendre ou louer un terrain. C'est une propriété secondaire. Elle n'influe en rien sur la primaire, celle qui forme les États. Toutes les forces qui occupent ou annexent un territoire, sans le libre consentement de la majorité des occupants sont illégales. Elles ne se rencontrent en principe, qu'en cas de guerre. Ce qui implique bien que toute population d'un territoire dispose d'un droit de propriété primaire sur ses terres. Et donc qu'il jouit du droit d'en disposer librement. Par conséquent de s’ériger en un État libre s'il le désire. Sans que ceux qui s’arrogent le droit d'en disposer sans leur consentement, puissent s'y opposer. Même si cela chevauche plusieurs pays. Ainsi aujourd'hui, la Catalogne jouit parfaitement du droit de s’ériger en un État libre et indépendant, sans que l'Espagne, l'Europe ou tout autre nation ne puissent s'y opposer. Si toute l'Europe s'y oppose, c'est pour une raison toute simple : Tous les États vont se retrouver face à des demandes d’indépendance ! Parce que tout un chacun voulons être libres et indépendants. Et nous gouverner nous-même. La Convention des Droits de l’homme scelle ce droit, reconnu par tous les États. La France, une et indivisible, est l'expression même de la dictature. Elle contraint tous les habitants du pays à vivre ensemble, même contre leur volonté. Comme du temps de l’occupation allemande. Plus exactement, les français voulaient vraiment vivre ensemble. Mais avec leurs lois et non celles de l'occupant. Et pas en leur compagnie. Ce qui n’empêche pas le pays de crier haut et fort être le pays de la liberté, champion des droits de l'homme, en plus. Cette situation implique que le peuple qui veut revendiquer sa liberté, n'ait pas d'autre choix que la révolte et la guerre. Dans le sang. J'en entends s’écrier : Et le droit de vote alors ! Regardez simplement la Catalogne. L'Espagne lui interdît de voter et enferme ses dirigeants. Elle est devenue une puissance occupante. Comme l'Allemagne lors de la dernière guerre. Aujourd'hui, avec l’Internet et tous les moyens de communication modernes, il ne sera plus possible longtemps d’empêcher les velléités d’indépendance de s'exprimer. Parce qu'encore une fois, nous ne sommes vraiment hommes, que dans la mesure où nous sommes libres.

Écrit par : Joos | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Nous avons tous droit à une nationalité. Dès notre naissance. La principale de notre père, celle de notre mère, celle du pays où nous sommes nés, celle du pays où nous aurions dû naître, pour les personnes déplacées, enfin. Cela ne fera guère plus d'une pour un grand nombre d'individus. Mais l'équité veut que nous bénéficions, à notre naissance de ces quatre possibilités. Cependant, nous n'allons pas conserver ces nationalités pour toujours. Parce que depuis la nuit de temps, la terre sur laquelle nous vivons, nous appartient en propre. C'est sur cette base que se sont formés les États. Les animaux eux-mêmes occupent un territoire et le défendent avec acharnement. Parce que c'est leur territoire. Celui où ils se sont établis pour vivre et élever leur famille. C'est donc bien l'occupation d'une terre qui nous en donne la propriété primaire. Entendons nous bien. Occuper une terre, c'est y vivre à l'année, y travailler, la défendre et y améliorer sans cesse les conditions de vie. La Belgique pourrait bien acheter tout un département, il ne serait pas belge. Elle jouirait seulement du droit de l'exploiter. A la condition de respecter les régles imposées par l'Etat français. C'est à dire par les propriétaires primaires. Vous. C'est sur cette base que nous pouvons acheter, vendre ou louer un terrain. C'est une propriété secondaire. Elle n'influe en rien sur la primaire, celle qui forme les États. Toutes les forces qui occupent ou annexent un territoire, sans le libre consentement de la majorité des occupants sont illégales. Elles ne se rencontrent en principe, qu'en cas de guerre. Ce qui implique bien que toute population d'un territoire dispose d'un droit de propriété primaire sur ses terres. Et donc qu'il jouit du droit d'en disposer librement. Par conséquent de s’ériger en un État libre s'il le désire. Sans que ceux qui s’arrogent le droit d'en disposer sans leur consentement, puissent s'y opposer. Même si cela chevauche plusieurs pays. Ainsi aujourd'hui, la Catalogne jouit parfaitement du droit de s’ériger en un État libre et indépendant, sans que l'Espagne, l'Europe ou tout autre nation ne puissent s'y opposer. Si toute l'Europe s'y oppose, c'est pour une raison toute simple : Tous les États vont se retrouver face à des demandes d’indépendance ! Parce que tout un chacun voulons être libres et indépendants. Et nous gouverner nous-même. La Convention des Droits de l’homme scelle ce droit, reconnu par tous les États. La France, une et indivisible, est l'expression même de la dictature. Elle contraint tous les habitants du pays à vivre ensemble, même contre leur volonté. Comme du temps de l’occupation allemande. Plus exactement, les français voulaient vraiment vivre ensemble. Mais avec leurs lois et non celles de l'occupant. Et pas en leur compagnie. Ce qui n’empêche pas le pays de crier haut et fort être le pays de la liberté, champion des droits de l'homme, en plus. Cette situation implique que le peuple qui veut revendiquer sa liberté, n'ait pas d'autre choix que la révolte et la guerre. Dans le sang. J'en entends s’écrier : Et le droit de vote alors ! Regardez simplement la Catalogne. L'Espagne lui interdît de voter et enferme ses dirigeants. Elle est devenue une puissance occupante. Comme l'Allemagne lors de la dernière guerre. Aujourd'hui, avec l’Internet et tous les moyens de communication modernes, il ne sera plus possible longtemps d’empêcher les velléités d’indépendance de s'exprimer. Parce qu'encore une fois, nous ne sommes vraiment hommes, que dans la mesure où nous sommes libres.

Écrit par : Joos | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Nous avons tous droit à une nationalité. Dès notre naissance. La principale de notre père, celle de notre mère, celle du pays où nous sommes nés, celle du pays où nous aurions dû naître, pour les personnes déplacées, enfin. Cela ne fera guère plus d'une pour un grand nombre d'individus. Mais l'équité veut que nous bénéficions, à notre naissance de ces quatre possibilités. Cependant, nous n'allons pas conserver ces nationalités pour toujours. Parce que depuis la nuit de temps, la terre sur laquelle nous vivons, nous appartient en propre. C'est sur cette base que se sont formés les États. Les animaux eux-mêmes occupent un territoire et le défendent avec acharnement. Parce que c'est leur territoire. Celui où ils se sont établis pour vivre et élever leur famille. C'est donc bien l'occupation d'une terre qui nous en donne la propriété primaire. Entendons nous bien. Occuper une terre, c'est y vivre à l'année, y travailler, la défendre et y améliorer sans cesse les conditions de vie. La Belgique pourrait bien acheter tout un département, il ne serait pas belge. Elle jouirait seulement du droit de l'exploiter. A la condition de respecter les régles imposées par l'Etat français. C'est à dire par les propriétaires primaires. Vous. C'est sur cette base que nous pouvons acheter, vendre ou louer un terrain. C'est une propriété secondaire. Elle n'influe en rien sur la primaire, celle qui forme les États. Toutes les forces qui occupent ou annexent un territoire, sans le libre consentement de la majorité des occupants sont illégales. Elles ne se rencontrent en principe, qu'en cas de guerre. Ce qui implique bien que toute population d'un territoire dispose d'un droit de propriété primaire sur ses terres. Et donc qu'il jouit du droit d'en disposer librement. Par conséquent de s’ériger en un État libre s'il le désire. Sans que ceux qui s’arrogent le droit d'en disposer sans leur consentement, puissent s'y opposer. Même si cela chevauche plusieurs pays. Ainsi aujourd'hui, la Catalogne jouit parfaitement du droit de s’ériger en un État libre et indépendant, sans que l'Espagne, l'Europe ou tout autre nation ne puissent s'y opposer. Si toute l'Europe s'y oppose, c'est pour une raison toute simple : Tous les États vont se retrouver face à des demandes d’indépendance ! Parce que tout un chacun voulons être libres et indépendants. Et nous gouverner nous-même. La Convention des Droits de l’homme scelle ce droit, reconnu par tous les États. La France, une et indivisible, est l'expression même de la dictature. Elle contraint tous les habitants du pays à vivre ensemble, même contre leur volonté. Comme du temps de l’occupation allemande. Plus exactement, les français voulaient vraiment vivre ensemble. Mais avec leurs lois et non celles de l'occupant. Et pas en leur compagnie. Ce qui n’empêche pas le pays de crier haut et fort être le pays de la liberté, champion des droits de l'homme, en plus. Cette situation implique que le peuple qui veut revendiquer sa liberté, n'ait pas d'autre choix que la révolte et la guerre. Dans le sang. J'en entends s’écrier : Et le droit de vote alors ! Regardez simplement la Catalogne. L'Espagne lui interdît de voter et enferme ses dirigeants. Elle est devenue une puissance occupante. Comme l'Allemagne lors de la dernière guerre. Aujourd'hui, avec l’Internet et tous les moyens de communication modernes, il ne sera plus possible longtemps d’empêcher les velléités d’indépendance de s'exprimer. Parce qu'encore une fois, nous ne sommes vraiment hommes, que dans la mesure où nous sommes libres.

Écrit par : Joos | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

vivre sa différence en toute liberté et dans le respect d'autrui, vive les catalans, je vous soutiens avec force. De la part d'un kabyle

Écrit par : z kheloufi | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire