Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 08 avril 2017

ECONOMIE/ LE BREXIT FAIT SOUFFRIR L'AGNEAU D'OCCITANIE .

Résultat de recherche d'images pour "PHOTOS AGNEAUX AVEYRON"Si vous partez en vacances samedi, et si vous traversez le Larzac, vous risquez d'être attiré par une petite odeur de méchoui. Sur l'aire autoroutière, de l'Hospitalet, les éleveurs de l'Aveyron vous attendent de 10 à 16 heures pour vous faire découvrir l'enfant du pays, l'agneau. Un charmant animal, qui en a assez qu'on lui tonde la laine sur le dos en ce moment, tout cela à cause du Brexit…

«Le départ de la Grande-Bretagne de l'Union a entraîné une dévaluation de la livre, et du coup, l'agneau anglais, bien moins cher, est en train d'inonder le marché, déplore Jean-François Cazotte, président de la section Ovins viande de la FDSEA de l'Aveyron. Cela nous cause une concurrence déloyale, alors même que nous voulons mettre en valeur notre production, l'agneau élevé sous la mère, le label rouge !»

Si l'Occitanie en général est une terre ovine, l'Aveyron, premier département moutonnier de France, l'est encore plus, avec 15 % de l'effectif national. Les deux tiers des brebis fabriquent le lait du roquefort, le dernier tiers est pour la boucherie.

 

Jean-François Cazotte déplore aussi la baisse d'intérêt du consommateur : trop mignon, le petit agneau, pour être mangé ?

«En 1990, les Français mangeaient en moyenne 5, 5 kilos d'agneau par an, aujourd'hui, ce n'est plus que 2,5 kilos par habitant. Il y a des préjugés : on pense que l'agneau est plus cher, mais c'est faux. La viande n'a pas un goût fort, contrairement à ce qu'on dit : l'agneau est abattu à quatre mois, ce qui lui donne toute sa saveur et sa tendreté.»

En gigot ou en côtelettes, mais aussi en tajine et ragoût, dans l'agneau, tout est beau !

«Et puis, il ne faut pas louper la période de Pâques, insiste Clément Lacombe, des Jeunes Agriculteurs de l'Aveyron. C'est un pic de consommation qui correspond aussi à un pic de production. C'est pourquoi nous voulons sensibiliser les consommateurs, leur montrer comment nous travaillons, faire connaître nos produits.»

Rendez-vous donc sur l'aire du Larzac pour une grillade militante, gourmande et culturelle. On pourra s'y arrêter et déguster l'agneau, accompagné d'une autre star de la région, le roquefort au lait de brebis. Et celui-là, les Anglais ne sont pas près de nous en mettre un sous le nez!

Info / LA DEPECHE DU MIDI

Écrire un commentaire