Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 01 avril 2017

J.F LAFFONT " SI J'ETAIS PRESIDENT " ... DANS LE PARISIEN .

 
Le Van du Parisien est cette semaine en Occitanie. L'occasion d'une rencontre avec Jean-François Laffont, président du mouvement Convergencia Occitana, défenseur de l'occitan.

C'est, à «Tolosa», le porte-voix de la poésie des troubadours du Moyen-Age, celle qui est riche de 180 000 mots, soit deux fois plus que le français : l'occitan. Jean-François Laffont, 58 ans, président du mouvement Convergencia Occitana qui fédère 80 associations de la région, s'inquiète pour l'avenir de la langue régionale la plus parlée de l'Hexagone. Celle-ci, composée de dialectes comme le languedocien, le provençal, l'auvergnat ou le gascon compte «3 à 4 millions» de locuteurs à travers 32 départements. Si elle est menacée, c'est parce que la Charte européenne des langues régionales, signée en 1999 par la France, n'a toujours pas été ratifiée par notre pays. Cela nécessite une révision de la Constitution puisque cette dernière proclame que «la langue de la République est le français .

Aujourd'hui, la langue d'oc, comme le corse ou l'alsacien n'a donc aucun statut légal. «Si un maire, par exemple, décidait d'enlever tous les panneaux en occitan, il serait dans son droit, notre langue n'est pas protégée!», regrette cet avocat en droit social. «Cette ratification, c'était pourtant la promesse 56 dans le programme du candidat François Hollande en 2012. Bon, s'il n'y avait que celle-là qui n'avait pas été tenue... Ce qui est sûr, c'est que dans la campagne actuelle, tout le monde s'en fout», s'indigne-t-il à 100 mètres du Capitole, qui arbore, sur son fronton le drapeau rouge occitan frappé d'une croix couleur or. Il crédite tout de même le gouvernement actuel d'un petit bon point. «Une agrégation en occitan vient d'être ouverte», recense-t-il.

Celui qui a d'ordinaire «le coeur à gauche» devrait voter le 23 avril pour le centriste des Pyrénées-Atlantiques Jean Lassalle qui s'exprime parfaitement en béarnais (variante dialectale de l'occcitan) et le chante aussi, comme en 2003, en pleine séance de questions au gouvernement dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. «On sera surpris par son score, il apporte à cette campagne un bol d'oxygène pyrénéen!», pronostique-t-il.

Écrire un commentaire