Davantage de nouvelles positives, des émissions en langue régionale, des programmes pour les jeunes... une centaine de maires ont présenté mardi leur vision du service public aux dirigeants de France Télévisions.

Ce débat, organisé en partenariat avec l’Association des maires de France (AMF) au siège du groupe public, s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres avec les téléspectateurs lancées par France Télévisions en novembre.

«La politique de France Télévisions doit tenir compte de la réalité sociologique de notre pays : plus d’un Français sur deux vit dans des communes de moins de 10.000 habitants», a estimé en préambule le président de l’AMF François Baroin.

«Le traitement de l’information se cantonne malheureusement aux mauvais côtés des banlieues et de la province», a regretté la maire de Viry Châtillon, Jean-Marie Vilain, estimant que «la disproportion de ce traitement nous fait mal».

«En France on n’est guère plus optimiste que nos amis afghans. France 3 ne met pas assez en avant les initiatives positives. Il faut savoir tirer nos territoires vers le haut», a renchéri le maire de Romilly-sur-Seine Éric Vuillemin.

«C’est l’éternel problème des trains qui arrivent à l’heure», lui répond Michel Field, le patron de l’information, assurant que France Télé essaie «d’allumer des contre-feux», notamment via la fiction.

Le groupe va également lancer un «train de la présidentielle» qui fera 33 arrêts dans des gares de France à la rencontre des élus et des citoyens.

Le maire de Carhaix Christian Troadec a de son côté proposé la «création de chaînes de plein exercice dans les régions», en s’appuyant sur les chiffres de la redevance et les budgets de chaînes régionales en Espagne.

«En régions, on en a assez du parisianisme, les télévision publiques ressemblent de plus en plus à ce que font les groupes privés», a-t-il regretté, approuvé par une consœur maire d’une commune du Finistère, qui a regretté le peu de place accordé à la langue bretonne et aux langues régionales à la télévision.

.ARTICLE DU JOURNAL LIBERATION .