Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 30 avril 2014

Le 17 Mai Réunion "Bastir" à MURET

Réunion Bastir.jpg

mardi, 29 avril 2014

Relevé sur la presse

Pais Nostre fête les élus.jpg

samedi, 26 avril 2014

TAULEJADA DE PAIS NOSTRE ,DIMANCHE 27 AVRIL !

Invitation Roquefort.jpg

jeudi, 24 avril 2014

SANT JORDI AMB LO CIRDOC , DISSABTE 26 D'ABRIL A BESIERS .

Dissabte 26 d'abril,la vila de Besièrs  viura a l'ora de la Sant Jordi....Una festa de la lenga ,del libre e de la creacion occitana ,a l'iniciativa del  CIRDOC e de la Mediatèca André Malraux .A 11 H , conferéncia sus la Sant Jordi en Catalunya .

A 17H 30,discutida amb dos escrivans,Alem Surre-Garcia e Manijeh Nouri,un dialog entre las ribas mediterranèas .

A 19H, la creacion de Claudi Alranq " Grand Capbord " per la companhia del Teatre de la Carrièra ,un espectacle que mescla las tradicions festivas e comicas .

www.locirdoc.fr / tel 04.67.31.27.34 .

mercredi, 23 avril 2014

Redécoupage territorial de la France : régions, union, désillusion

Le Premier ministre, Manuel Valls,  envisage aussi la suppression des conseils généraux à l’horizon 2021. Raison avancée : faire des économies.

 Le redécoupage territorial de la France est-il inéluctable ? "Il faut réduire de moitié le nombre des régions" (de 22 actuellement à 12) d’ici au 1er janvier 2017, affirme Manuel Valls. Le Premier ministre envisage aussi la suppression des conseils généraux à l’horizon 2021. Raison avancée : faire des économies. Un prétexte déjà battu en brèche par le député socialiste René Dosière, en janvier dans son livre “Le métier d’élu local” (éd. Seuil).

du-cote-des-occitans-cependant-on-ne-verrait-pas-d-un_871117_510x255.jpg?v=1

Du côté des Occitans, cependant, on ne verrait pas d’un mauvais œil un rapprochement entre Languedoc- Roussillon et Midi-Pyrénées. "Finalement, on se rapprocherait des anciens États du Languedoc", estime Jean-Pierre Laval, de Pais Nostre. (ARCHIVES ML)

 

 "Le but c’est de faire bouger les lignes"

 D’autres avant Manuel Valls se sont déjà frottés à une réforme d’ampleur des collectivités territoriales, sans grand succès. Dans l’entourage de Manuel Valls, on ne commente pas les cartes parues çà et là sur le redécoupage-fusion des régions. On explique simplement que "le but c’est de faire bouger les lignes. En réfléchissant à des fusions, on s’approprie la problématique..."

 Certains n’y sont pas forcément hostiles. Les présidents socialistes des régions Bourgogne (François Patriat) et Franche-Comté (Marie-Guite Dufay) ont ainsi décidé de s’engager dans un "rapprochement administratif", premier pas vers une fusion de leurs territoires dont la coopération est déjà engagée depuis plusieurs années au niveau de leurs CHU et de leurs universités. Mais tout n’est cependant pas rose dans la cartographie socialiste.

 "Le Gard a une unité culturelle avec Arles et Avignon"

 Michel Vauzelle, président de la région Paca Vendredi matin, la session du conseil régional du Languedoc-Roussillon a été l’occasion d’une mise au point de son président, Christian Bourquin. "J’ai toujours appelé à un big-bang territorial", a-t-il rappelé, "mais il faut d’abord aller jusqu’au bout de la régionalisation (...) et puis que les régions qui veulent s’unir le fassent, mais qu’on laisse tranquilles celles qui veulent continuer à avancer. Je suis pour une vraie réforme, pas pour une décision qui tombe de Paris."

"Je ne vois pas avec quelle région on pourrait être"

 Chez nos voisins, qui pourraient devenir nos "compatriotes" régionaux, on n’est pas pressé : "Il faut d’abord consulter les populations", insiste Michel Vauzelle, président PS de Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui estime que sa région "est bien comme elle est". "Je ne vois pas avec quelle région on pourrait être", ajoute-t-il, même s’il souligne que "le Gard a une unité culturelle avec Arles et Avignon".

 Quant à Martin Malvy (PS, Midi-Pyrénées), il juge qu’"aucune des limites administratives n’est figée dans le marbre. Réduire le nombre des régions peut se justifier par souci d’efficacité des politiques publiques et d’économies. À la condition qu’effectivement la volonté du gouvernement soit de leur attribuer sans restriction des compétences et responsabilités plus grandes".

Des institutions majeures

 Président de la plus grande des 22 régions françaises, il poursuit cependant : "Je suis ouvert à une réflexion commune, sereine et approfondie. J’ai souvent dit et pensé - parfois par boutade - qu’il nous manque une ouverture sur la mer."

 Si les politiques restent prudents, tentant de trouver un équilibre parfois précaire entre leurs ambitions et un soutien plutôt timoré au gouvernement, peut-être faudrait-il poser la question aux citoyens. Pourquoi pas un référendum ? "Il est trop tôt pour se prononcer", juge Martin Malvy qui insiste sur la nécessité de savoir si l’État a bien l’intention "de reconnaître les régions françaises comme des institutions majeures (...) comme c’est le cas dans d’autres pays d’Europe".

 "Finalement, on se rapprocherait des anciens États du Languedoc"

 Il est vrai que l’échec du référendum sur la fusion des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin en une seule entité, il y a un an, a bien montré que les questions institutionnelles ne mobilisent pas les électeurs, même sur un sujet d’extrême proximité.

 Du côté des Occitans, cependant, on ne verrait pas d’un mauvais œil un rapprochement entre Languedoc- Roussillon et Midi-Pyrénées. "Finalement, on se rapprocherait des anciens États du Languedoc", estime Jean-Pierre Laval, de Pais Nostre. Mais lui aussi estime que "le débat ne peut pas se limiter à un redécoupage, c’est la question des compétences qui est posée (...) Les régions devraient obtenir un pouvoir législatif dans des domaines spécifiques, en fonction de leurs particularités. Pour aller vers une forme d’autonomie régionale, dans le cadre de la République".

 Reste une question. Pourquoi fixer la décision à 2017, alors qu’un scrutin régional est prévu en 2015, qui désignerait alors des conseillers voués à disparaître deux ans plus tard ? Pas sûr, ainsi, que les économies soient au rendez-vous.

 

Midilibre 22/04/14

mardi, 22 avril 2014

CHRISTIAN ALMERGE ...UN SPECTACLE OCCITAN HORS NORMES !

Des textes occitans déjantés,empreints d'humour et de dérision,sur des versions rock de chansons de tous horizons ... Un spectacle délirant et hors normes ... c'est ce que propose le chanteur Languedocien Christian Almerge avec son groupe Test.

Un spectacle recommandé par Pais Nostre ,allez voir sur youtube !

christian-almerge-et-le-groupe-test.com

Tel 06.08.70.02.51 / chrismerge@wanadoo.fr

 

lundi, 21 avril 2014

LE MOUVEMENT " BASTIR 2014 " SE RASSEMBLE à MURET LE 17 MAI .

La Coordination du mouvement citoyen "Bastir 2014 " invite les élus occitans aux municipales et les centaines de signataires du "Manifeste occitaniste " à s'assembler le samedi 17 mai à Muret (Haute Garonne).

A l'ordre du jour ,le projet de création d'une Associations d'élus et le développement du mouvement Bastir , qui devra "rester indépendant,informel et détaché de tout parti politique ".

dimanche, 20 avril 2014

NANTES ...UN DRAPEAU OCCITAN AVEC TOUS CEUX DE LA BRETAGNE !

Impossible de ne pas l'avoir remarqué sur toutes les images, au beau milieu des milliers de manifestants Bretons, avec leurs bannières, samedi, dans les rues de Nantes : un magnifique drapeau occitan... La croix du Languedoc, en rouge et jaune, flottant parmi le noir et blanc des "Gwenn a Du"...

Un bel exemple de solidarité et de fraternité occitane avec la lutte du peuple breton.

QUE VIVE LA BRETAGNE !

Photo: pparisse (7seizh.info)

samedi, 19 avril 2014

Deu mil manifestants a Nantes per la reunificació de la Bretanya

Aprofitant l'interès del president francès François Hollande i del seu nou primer ministre, Manuel Valls, de reorganitzar l'administració de l'estat i reduir el nombre de regions, els col·lectius Bretanya Reunida i 44=Breizh han organitzat una manifestació, que ha aplegat unes deu mil persones segons els organitzadors, en favor d'una vella reclamació del moviment bretó: la integració del departament del Loira Atlàntic, amb capital a Nantes, als quatre consells que ara mateix formen la regió de la Bretanya.

La manifestació per la reunificació de la Bretanya ha començat a dos quarts de tres del migdia a la plaça de la Bretanya de Nantes, la capital històrica del país. Els dos col·lectius organitzadors consideren que cal aprofitar la conjuntura política a París (on Hollande ha recuperat un projecte de reforma territorial del seu predecessor Nicolas Sarkozy) i a la Bretanya mateix (en plena ebullició social i nacional amb el moviment indignat dels Barrets Vermells), per a tornar a demanar la reunificació dels cinc departaments històricament bretons.

Amb tot, tal com diu el lema 'Ni statu quo, ni Gran Oest', els col·lectius impulsors volen deixar clar a Hollande que la voluntat dels bretons, de cara a una reorganització territorial de l'estat, passa per fusionar el departament de Nantes, el Loira Atlàntic, amb els quatre departaments que ja integren la regió de la Bretanya. En cap cas no s'acceptaria el manteniment de la divisió actual ni que la futura reforma comportés la fusió de les regions de la Bretanya, del País del Loira i de Poitiou-Charentes en una macroregió del Gran Oest.

L'any 2008, unes deu mil persones van participar en una altra manifestació, també a Nantes, amb la mateixa reivindicació.

vilaweb.cat 19/04/14

POUR LA REUNIFICATION DE LA BRETAGNE, MANIFESTATION À NANTES !

Bonnets Rouges

À l'appel du Collectif "BZH REUNIE", des milliers de Bretons vont manifester ce samedi 19 avril à Nantes, capitale historique, pour la réunification de leur pays. Une revendication ancienne (l'intégration de la Loire Atlantique avec les quatre autres départements dans une même région) mais qui prends une plus grande force à l'heure actuelle :

- le mouvement "Les Bonnets rouges" qui a enflammé la région ces derniers mois sera présent avec ses comités locaux et affirmera la revendication du "Vivre, décider et travailler en Bretagne".

- Au moment où la décentralisation revient à l'ordre du jour, le Conseil régional de Bretagne vient de voter  une motion" en faveur de la réunification et pour la création d'un Parlement breton".

Décidément, la Bretagne montre la voie du réveil régionaliste... Il serait temps que les Occitans s'y mettent avec autant d'ardeur !